Les archives de Réflexe

Retour

Donjon Crépuscule (101, Le Cimetière des dragons), Sfar/Trondheim - éd. Delcourt

Sentant la mort venir, le Roi Poussière, quitte son antre pour gagner le cimetière des dragons. Le dégoulinant ShiwÆmihz le fait suivre par ses sbires pour repérer le lieu mythique.

L'héroïc fantasy est un genre trop fantasque pour ne pas être sérieux. Je veux dire par là qu'on a rarement l'occasion de s'y exercer les zygomatiques. Autre paradoxe, alors qu'il est censé célèbrer le règne de l'imaginaire, il est pris dans un carcan de codes et de règles qui font que toutes les histoires finissent par s'y ressembler.

Heureusement quelques héroïques fantaisistes s'attachent à briser ces conventions pour nous proposer de l'originalité là où on s'attend à en trouver. Sfar et Trondheim sont de ceux-là. Dans Le Cimetière des dragons ils racontent, sans rire, l'odyssée funéraire d'un vieux dragon aveugle (qui ressemble vaguement à Casimir), d'un lapin rouge asocial et d'une pipistrelle.

Contrairement à ce qu'on pourrait penser ce n'est pas une énième parodie des aventures de Bilbo ou de Conan. Sfar et Trondheim ne pastichent pas, ils réinventent un genre. Donjon, et son appendice Donjon Crépuscule, est une véritable série de fantasy qui revisite en les interprétant les canons du genre. Et c'est ça qui est drôle.